Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : chez Camille
  • chez Camille
  • : Je suis enseignante depuis 34 ans, seulement depuis 11 ans en maternelle. J'ai beaucoup puisé sur les sites de collègues et en mettant de l'ordre dans mon ordinateur j'ai décidé d'essayer de faire partager tout ce que j'ai pu accumuler.
  • Contact

Texte Libre

personne(s) actuellement sur ce blog

Recherche

Texte Libre

26 juillet 2013 5 26 /07 /juillet /2013 06:52

 Un sujet grave aujourd'hui.

 

J’ai été interpelée sur ce sujet en regardant hier une émission sur les jeux dangereux.

Même en maternelle, il est vrai que nous sommes témoins de certaines violences et comportements à risque. Certains de mes élèves ont des grands frères ou grandes sœurs, qui bêtement les initient à certaines pratiques. Les jeux vidéos, la télé banalisent  la violence.

En maternelle, le travail de prévention auprès des élèves me semble difficile parce que les élèves n’ont pas conscience de l’irréversibilité de la mort. Et tous les films qu’ils regardent ne les aident pas vraiment à le comprendre.

Je suis allée faire un tour rapide sur Internet pour voir ce que je pouvais trouver sur le sujet

 

 eduscol jeux dangereux et pratiques violentes   http://eduscol.education.fr/cid47712/jeux-dangereux-pratiques-violentes.html

dossier sur le Café Pédagogique   http://www.cafepedagogique.net/lesdossiers/pages/2003/violence_index.aspx

L'association APEAS a listé un matériel de prévention

 APEAS http://www.jeudufoulard.com/html-fr/docsp_00.html

avec notamment une vidéo que je trouve bien faite sur la respiration qui peut facilement servir de support pédagogique 

http://www.jeudufoulard.com/html-fr/docsp_10.html

 

    J'ai aussi vu quelques sites de jeunes sur le sujet de la violence scolaire. 

  http://kevin9a.skyrock.com/3034198717-Resistance-et-rebellion-contre-la-violence-scolaire-et-ses-complices.html

  http://la-violence-scolaire.skyrock.com/

 

et j'ai commandé ces livres 

 

   
         
On voudrait que l'enfance soit sans nuages. Elle est pourtant jalonnée de questions, d'angoisses et de chagrins qui font souffrir, mais aussi grandir. Pour y faire face et les surmonter, les enfants ont besoin de pouvoir en parler... Ou qu'on leur en parle. Parce que l'imagination est le mode privilégié pour communiquer avec eux, les petites histoires de Sophie Carquain les aident, mine de rien, mieux qu'un propos pédagogique. Des difficultés de la nuit aux grands problèmes du monde (guerres, publicité, obsession de l'argent...) en passant par la jalousie, le divorce, le racket, la différence..., l'enfant est avide de vérité. Encore faut-il aborder ces sujets " à distance ", dans son langage à lui, avec des personnages qui lui sont chers : ours, souris, petites princesses, lapins, lune, soleil... Grâce à ce livre, les parents trouveront un support pour aborder les soucis quotidiens des enfants. Ils puiseront dans les pages " Côté parents " des éléments de réflexion pour mieux les comprendre.
Veiller à la santé et à la sécurité des enfants : c'est le rôle des adultes. Mais comment éviter ces petites phrases répétitives et usantes : " Va te brosser les dents ", " Pas trop de télé ", " Porte tes lunettes ", " Moins fort, le baladeur ", " Ne touche pas au tabac ", " Fais attention en traversant "... ? Comment leur faire comprendre que tout cela est nécessaire, comme d'aller chez l'ophtalmo et, parfois, chez l'orthophoniste ou chez le psy, ou encore de savoir se protéger contre les comportements abusifs des adultes ? Parce que l'imagination est le mode privilégié pour communiquer avec eux, les histoires de Sophie Carquain les aident, mieux qu'un propos pédagogique, à prendre soin d'eux. A travers des personnages qui leur sont chers (lapins, fées, sorcières, grand méchant loup...), les enfants comprennent, et apprennent... Après le succès du premier tome de Petites histoires pour devenir grand, consacré aux peurs et aux angoisses de l'enfant, Sophie Carquain offre ici un merveilleux support, plein d'humour et de poésie, pour aborder toutes les questions de santé et de sécurité.

 

 

stop violence  J'ai compilé quelques images sur Internet que je pense utiliser comme support de discussion avec les élèves. (en cliquant sur l'image ci-contre, on a accès au pdf) 

 

  Je me trouve souvent démunie face aux problèmes de violence à l'école. Je signale réguièrement les comportements des enfants à leurs parents, mais c'est souvent pris à la légère "c'est un garçon, c'est normal"...  J'ai eu un enfant garçon et il n'a jamais été un élève violent, par contre je pense qu'il aurait pu être victime de violences s'il avait fait de mauvaises rencontres.

La société est violente et il me semble qu'il est entre autre de notre devoir d'enseignant de parler de ces sujets avec nos élèves: on ne voudrait pas être victime et s'il n'y avait pas de "bourreaux", il n'y aurait pas de victime.

Je sais aussi que certains parents regardent ce blog et j'espère qu'ils sauront trouver ici des messages de prévention.

 

La violence, quelle qu'elle soit ne doit pas être banalisée. Penser que des enfants meurent ou se retrouvent handicapés suite à des violences de tiers ou des comportements à risque est parfaitement inadmissible. 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by macas - dans humeur
commenter cet article

commentaires

caleca 24/11/2013 22:38

Téléchargé des docs sur l'album : "c'est moi le plus fort."
Merci pour le partage, et bravo pour le niveau de recherche et de réflexion !

LES PASSIONS DE NOUNOU TIVI 26/07/2013 22:30

Merci pour les liens. Je vais profiter de mes congés pour les étudier.

LES PASSIONS DE NOUNOU TIVI 26/07/2013 22:18

Pour ma part, je suis sûre à 99/ que cette petite fille n est pas frappée chez elle. Quand je lui fais la liste de ce qu elle n a pas droit de faire (ex mordre) elle va mordre ma fille et en
réponse elle me dit "ben tu m as pas dit que j ai pas le droit de mordre". Si je n oublie rien dans la liste mais que je lui dis de ne pas faire mal à ma dernière, elle va s en prendre à ma grande
et me dis "ben nounou tu m as dis je devais pas faire de bobo à L mais tu m as pas dis que je pouvais pas faire de bobo à M".
Honnêtement je ne sais plus comment m y prendre. Le pire c est au moment où elle fait mal on voit de la méchanceté dans son regard et on voit qu elle veut vraiment faire mal.

LES PASSIONS DE NOUNOU TIVI 26/07/2013 14:16

Bonjour,

Je suis moi-même confrontée à ce problème (je suis assistante maternelle).

Une petite fille de 4 ans (c est elle l'aînée de la fratrie) frappe régulièrement ma fille du même âge : coups de poing dans le ventre, "tirage" de cheveux, coups de pieds, pincements, morsures
etc. etc. Elle ne le fait que lorsqu'elle est à l'école (ma fille et les autres filles de sa classe mais jamais les garçons) ou lorsque sa mère vient la rechercher chez moi. Et j'avoue ne plus
savoir quoi faire pour protéger ma fille ainsi que les autres enfants que j'accueille surtout que sa mère ne dis rien et laisse faire et l encourage même parfois (je l'ai entendu à la kermesse :
"si elle t embête frappe la"!).
La seule solution que j ai trouvé est de mettre un terme à ce contrat mais je me demande qui va protéger ma fille à l'école à la rentrée étant donné qu elles sont dans la même classe!

macas 26/07/2013 15:46



Si cette enfant tape ainsi, c'est qu'elle a un problème qui doit être pris en charge.


J'ai justement dans mon école un petit garçon de 4 ans qui ainsi tape tous les enfants qui passent à sa portée. Il fait la même chose à la maison avec sa grande soeur. Il ne le fait pas avec les
grands par contre.


Il a été pris en charge toute l'année par le RASED. Par contre, la maman est consciente du problème et coopère.


Je pense que ce sont en général des enfants insécures qui ne savent pas comment entrer en relation avec les autres. Dans notre école, on réprimande systématiquement cet enfant, en lui faisant
prendre conscience que l'enfant qu'il tape était gentil avec lui et qu'il vient de lui faire mal. Est-ce que lui aimerait qu'on lui fasse mal? Et on lui rappelle qu'on n'A PAS LE DROIT.


Mais parfois, je me demande si ces enfants là ne reçoivent pas des coups ou du moins des gifles à la maison quand ils ne font pas ce qu'on voudrait qu'ils fassent.


Je vous conseille à la rentrée de faire part de vos craintes à l'enseignante ou l'enseignant qui sera d'autant plus vigilante ou vigilant. Dans tous les cas, n'encouragez pas votre enfant à se
défendre en rendant les coups, mais dites lui d'aller voir un adulte dès qu'elle est tapée pour le lui dire.


Il se passe quand même des choses curieuses dans la tête des enfants. Ce petit garçon dont je parle tapait souvent la petite fille avec laquelle il était très ami. Elle et lui étaient très
souvent ensemble, la petite fille disait même à lamaison que c'était son petit copain, mais par moment un coup partait, sans raison apparente.


Cet enfant, lorsqu'il était chez les touts petits disaient lorsqu'il avait tapé et qu'il allait être réprimandé "faut pas taper", d'un air désolé, comme si le geste lui avait échappé. Il disait
aussi "faut pas taper" quand il était très proche d'un enfant et qu'il saisissait le regard d'un adulte l'observant.


Je viens de trouver cet article sur Internet  http://www.pediatre-online.fr/acquisitions/l%E2%80%99enfant-qui-mord-et-qui-tape/ qui répond je pense
à l'attitude à adopter.